Rituel et Symbolisme - MEDITATION et Liberté Bouddhisme et Spiritualité

Aller au contenu

Rituel et Symbolisme

Bouddhisme





RITUEL ET SYMBOLISME
Actes de la vie ordinaire
Transformons nos actes ordinaires

Si tous les pratiquants du bouddhisme ne connaissent pas la doctrine et le symbolisme dans le détail, on ne fera pas tourner un moulin à prière, imprimer des drapeaux à prière, se prosterner, allumer une lampe, tourner autour des monuments sacrés sans raison.
Les pratiquants ont présent à l'esprit la notion d'accumuler un mérite - on entend par mérite, un facteur positif qui contribue à dissiper les facteurs mentaux négatifs.

Bien souvent travailler, c'est produire toujours plus ; Manger, c'est se remplir l'estomac ; marcher, c'est arriver quelque part le plus vite possible ; etc, etc... ça ce sont des actes de vie ordinaires, vides de sens profond.
Mais si notre vie spirituelle pénètre notre existence, le simple fait de marcher pour aller à notre bureau par exemple, peut se transformer par la marche vers l'éveil et que la porte de la libération s'ouvre à tous les êtres, en ouvrant la porte de notre bureau, tout simplement. En fait il n'y a plus rien d'ordinaire, mais tout à un sens.

Voyons de plus près ces pratiques

Dans les drapeaux et moulins à prière, on pense :


"Où que vole le vent qui passe sur ces prières, puissent tous les vivants êtres délivrés de la souffrance et des causes de la souffrance.

Puissent-ils connaître le bonheur et les causes du bonheur."

Dans l'offrande d'une lampe à beurre, on pense :


"Puisse la lumière de la connaissance surgir en moi, et en tous les êtres dans cette vie et les suivantes."

Dans la prosternation devant un Bouddha,

c'est un hommage respectueux à celui qui incarne la sagesse ultime.

Cela sert d'antidote à l'orgueil. Lorsqu'on pose les 2 mains, les 2 genoux et le front à terre, (5 points) on aspire à purifier les 5 poisons que sont la haine, le désir, l'ignorance, l'orgueil et la jalousie, en les transformant en 5 sagesses correspondantes.

Quand on se relève on pense :


"Puissé-je ramasser les souffrances de tous les êtres et les épuiser en les assumant."

Le mudra est une position codifiée et symbolique des mains d'une personne ou de la représentation artistique d'un personnage ou d'une divinité.

Pour plus d'informations sur les 13 gestes symboliques de la main
>>  visitez la page : MUDRA

LA PRISE DE REFUGE

« Prendre refuge » conduit d’une façon solennelle l’entrée de la personne dans la voie du bouddhisme et le respect de ces préceptes. Une voie et un engagement choisis librement.
Devenir bouddhiste est un engagement concrétisé par une cérémonie : la prise de refuge.

  • Quelle est la nécessité de cet engagement ?

  • En qui prend-on refuge et pourquoi ?

  • Comment se déroule ce rituel ?

  • Quels sont les préceptes qui en découlent ?

Telles sont les questions auxquelles l’aspirant trouvera ici des réponses simples et profondes.


De l'émission Sagesses Bouddhistes
Voir la Video : cliquez sur l'image >>

Fonction des THANGKAS

Pour comprendre la fabrication RDV dans :

"Lexique"

(à la lettre T : Thangka)



Utilisées comme fil conducteur à la méditation, et support pour certains actes rituels
La Thangka Tibétaine : Littéralement : «chose qui peut-être enroulée». Une peinture à but de support religieux dans les actes rituels et d’aide à la méditation, pour la protection et la guérison.

Le Dieu originel, figure d’Adi-Bouddha : les choses n’ont ni début ni fin, elles existent par elles-mêmes. Il est représenté nu, afin de symboliser la vacuité. Il est toujours accompagné de son prajna, principe féminin, également nue. Ils symbolisent l’union mystique, lorsque les liens avec le monde sont rompus (symbolisé par l’absence de vêtement) on atteint l’union avec l’absolu. Cette étreinte sexuelle, fréquente dans l’art tibétain, représente l’union des contraires, la pression des énergies féminines et masculines, de la sagesse statique avec l’énergie créatrice.
Les déités sont symboliques. (Ici Avalokiteshvara) Le visage d'une déité représente l'Un, l'absolu. Ses 2 bras sont la connaissance de la vacuité unie à la méthode de compassion. Certaines déités ont 4, 6 bras qui symbolisent 6 perfections : la discipline, la générosité, la patience, la diligence, la concentration, la sagesse.

Diaporama sur les Thankas
<< Cliquez sur l'image pour agrandir

Fonction des MANTRAS
Son, syllabe ou ensemble de syllabes chargés d'énergie, prononcés à haute voix, ou simplement en pensée, durant la méditation. Le mantra aide à créer un rapport avec les niveaux les plus profonds de la conscience. Les mantras peuvent exprimer certains aspects des Bouddhas ou certaines forces cosmiques.

Le mantra représenté ci-dessous est le "Om Mani Padmé Hum", formule sanskrite attribuée à Avalokiteshvara. Il constitue le plus important et le plus ancien des mantra du bouddhisme tibétain.
Note :
Un mantra n'est généralement pas construit comme une phrase ayant un sens littéral.

  • Ici "Om" est la syllabe qui ouvre le mantra et lui confère un pouvoir de transformation.

  • "Mani" ou "joyau" réfère au joyau de l'amour altruiste et de la compassion.

  • "Padmé", le gérondif de padma ou "lotus" réfère à la nature fondamentale de la conscience, notre "bonté originelle", qui, à la manière du lotus qui pousse immaculé au-dessus d'un bourbier, demeure intacte même lorsqu'elle se trouve au milieu des poisons mentaux que nous avons fabriqués.

  • "Hum" ou "Hung" est une syllabe qui confère au mantra sa force d'accomplissement.

A VISITER
Mantras/chantez

Cliquez sur l'image >>>

Fonction des MANDALAS
Sa signification en sanscrit signifie d'abord cercle et par dérivation territoire. C'est un diagramme à connotation ésotériquement cosmique destiné à permettre à son auteur ou à ceux qui le regardent avec concentration, de réintégrer leur nature propre au sein de l'univers.
Fabriqué selon des règles géométriques très précises, il sert, par la suite, comme support de méditation et à l'évocation d'une déité ou divinité sous la direction d'un lama détenteur de la tradition concernée.

Pour concrétiser l'impermanence des choses et des phénomènes, il est détruit (après usage, pourrait-on dire) et la coutume veut qu'on le disperse dans le cours d'eau le plus proche.

LE VAJARA - LA CLOCHE - LE MALA
Trois objets ayant un symbolisme profond, que tout pratiquant possède.
Description dans la page :

Lexique (lettre "I" Instruments rituels)

Retourner au contenu