MEDITATION et Liberté Bouddhisme et Spiritualité

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Bénéficier du nécessaire, se consacrer à l'essentiel, pour un nouveau départ avec soi-même

"Commencez par changer en vous, ce que vous voulez changer autour de vous. Vous devez être le changement que vous voulez voir dans ce monde " Gandhi


   Error ?    Une Meilleure Vie 
Erreur ? ça ne marche pas ? Alors qu'attendez-vous pour être plus heureux ?

Vous souvenez-vous des recettes de bonheur qui vous ont été données
  • par vos parents, vos éducateurs et la quasi totalité de la société dans laquelle vous viviez, quand vous étiez enfant ?
  • Faire de bonnes études, avoir une bonne profession, épouser une personne de qualité, etc.…
Ces recettes ne marchent pas, sinon vous ne seriez pas ici, posant vos questions.
  • Elles ne marchent pas parce qu’elles sont fondées sur une perspective fausse de la réalité, perspective que je vous suggère de remettre en question.

En savoir plus, CLIQUEZ ICI
ou sur la photo

Aux voyageurs en quête de sagesse, conscients que le chemin est long et ardu, et qu'il nous reste tant de choses à découvrir, à élucider, et à intégrer par la pratique.

Découvrez le site en cliquant sur les 6 photographies

<<     Pour faire apparaître le texte, promenez la souris dans la marge     >>

Merci de votre cordiale visite, et bon chemin personnel avec les éléments que vous pourrez en retirer...



Une introduction au sujet de la Méditation et de la Pleine Conscience

Nous déployons beaucoup d’efforts pour améliorer les conditions extérieures de notre existence, mais en fin de compte c’est toujours notre esprit qui fait l’expérience du monde et le traduit sous forme de bien-être ou de souffrance. Si nous transformons notre façon de percevoir les choses, nous transformons la qualité de notre vie. Et ce changement résulte d’un entraînement de l’esprit que l’on appelle « MEDITATION »

Bénéficier du nécessaire, se consacrer à l'essentiel, pour un nouveau départ avec soi-même

On cite le cas d’un homme qui interrogea le Bouddha sur certains points de cosmologie. Ce dernier prit une poignée de feuilles et demanda au visiteur : “Y a-t-il plus de feuilles dans mes mains, ou dans la forêt ?” “Il y en a certes bien plus dans la forêt,” répondit l’homme. Le Bouddha poursuivit : “Eh bien, les feuilles que je tiens dans ma main représentent les connaissances qui conduisent à la cessation de la souffrance.” Le Bouddha montrait ainsi l’inutilité de certaines interrogations. Le monde offre un champ d’études illimitées, aussi nombreuses que les feuilles de la forêt. Si ce que l’on désire par-dessus tout dans cette vie est d’atteindre l’Eveil, il est préférable de s’y consacrer entièrement en rassemblant dans ses mains les seules connaissances qui concourent à la réalisation de ce souhait.


L’important ici, n’est pas de convaincre, mais de donner à réfléchir
En Août 2016 : Une lettre de Marguerite Yourcenar
 
Retourner au contenu | Retourner au menu